Écrire un antagoniste que les lecteurs aimeront

Il y a un petit secret bien gardé par beaucoup d’entre nous, lecteurs : Un antagoniste bien écrits nous fait vibrer. Lorsqu’une scène se présente avec lui dedans, eh bien, nous nous penchons plus près. On sourit un peu plus. Non pas parce que nous sommes une bande de psychopathes en herbe et qu’il s’agit d’un jeu de rôle d’alter ego – d’accord, peut-être un peu – non, c’est qu’au fond, il y a quelque chose qui nous plaît chez les antagonistes. Peut-être même de l’admiration. Comment cela est-il possible ?

En effet. Et nous le savons. Mais tout comme le protagoniste, l’antagoniste peut aussi avoir quelque chose de spécial. Ce n’est pas une bizarrerie creuse, une phrase d’accroche ou un grand sens du style qui nous attire. Non, c’est quelque chose de plus profond, quelque chose d’attaché à son identité ou à son expérience de vie. Nous voyons cette partie d’eux et nous nous y identifions parce qu’elle nous rappelle quelque chose que nous avons vu ou vécu dans notre propre parcours dans le monde réel.

La relativité est-elle réservée aux protagonistes ?

Beaucoup de temps d’antenne est consacré à la construction d’un protagoniste attachant parce que cela rend le personnage accessible aux lecteurs de manière significative. La relatabilité est une corde qui relie les deux : d’une manière ou d’une autre, les lecteurs voient que le héros ou l’héroïne leur ressemble. Ils ont peut-être tous deux ressenti la même chose, se sont trouvés dans la même situation, ont connu le même chagrin d’amour ou la même piqûre de l’échec. Ce point commun permet de créer un lien de compréhension et d’empathie, et le lecteur s’investit dans ce qui arrive au personnage. Il prend le protagoniste à cœur et se soucie de ce qui lui arrive.

On n’écrit pas autant sur le sujet de la relativité lorsqu’il s’agit de l’antagoniste ou du méchant, car les auteurs sont censés pousser le lecteur dans le camp du protagoniste, et non dans celui de l’antagoniste. Malheureusement, cela peut envoyer un message erroné sur l’importance de nos personnages les plus sombres, ce qui conduit certains auteurs à négliger leur développement pour aboutir à des méchants clichés et ennuyeux.

Les antagonistes doivent être aussi développés que les protagonistes.

 

Ils doivent avoir des motivations compréhensibles (pour eux), avoir une histoire qui montre ce qui les a conduits dans l’allée sombre de la vie, et une identité, une personnalité et des qualités qui en font un adversaire difficile à battre pour le protagoniste. Plus l’antagoniste est dévoué, compétent et motivé, plus il représente un défi, ce qui entraîne des frictions, des tensions, des affrontements et des conflits importants.

Ainsi, de la même manière que nous voulons montrer aux lecteurs les couches internes d’un protagoniste et leur donner des moyens de se connecter et de se soucier du protagoniste, nous devrions encourager les lecteurs à trouver quelque chose de bon ou d’attachant chez l’antagoniste afin que le lecteur soit en conflit. Le lecteur peut ne pas être d’accord avec l’objectif de l’antagoniste ou la manière dont il s’y prend pour l’atteindre, mais il peut comprendre pourquoi ce méchant de l’histoire veut ce qu’il veut, ou admirer certaines de ses qualités.

Lorsque les lecteurs sont tiraillés entre leurs sentiments, ils s’investissent davantage dans l’histoire.
La vie n’est pas toujours noire ou blanche, n’est-ce pas ? Il n’y a donc pas de mal à ce qu’un tiraillement se produise à l’intérieur d’eux pour savoir qui a raison et qui a tort dans l’histoire, ou s’ils se soucient suffisamment du méchant pour espérer qu’il choisira de se détourner de son chemin sombre et qu’une rédemption sera possible.

 

antagoniste 2

Comment rendre un antagoniste attachant ?

Les expériences humaines communes, en particulier celles qui favorisent les conflits moraux, sont un excellent moyen de montrer aux lecteurs qu’ils ont quelque chose en commun avec l’antagoniste. Par exemple, pensez à la tentation.

  • N’avez-vous jamais été tenté de franchir une ligne morale ?
  • N’avez-vous jamais eu envie de faire payer quelqu’un parce qu’il le méritait ?
  • N’avez-vous jamais ignoré les règles de la société parce qu’elles n’ont pas de sens, qu’elles sont injustes ou qu’elles ont été conçues pour profiter à quelques privilégiés ?

La tentation est une chose que nous avons tous ressentie et contre laquelle nous luttons. Parfois, nous restons fermes, d’autres fois nous cédons. Le fait qu’un personnage plus sombre soit tenté d’une manière à laquelle les lecteurs s’identifient les amènera à s’identifier à l’état d’esprit de l’antagoniste.

Une autre façon d’utiliser la tentation est d’amener les lecteurs à imaginer le “et si”, ce qui peut être un autre terrain d’entente :

  • Et si vous pouviez facilement vous déculpabiliser et faire ce qui vous semble bon pour vous ?
  • Et si vous pouviez enfreindre la loi pour les bonnes raisons et servir un plus grand bien ?
  • Et si vous pouviez remonter le temps et effacer quelqu’un qui mérite vraiment d’être effacé ?

Cela peut bien fonctionner si vous liez le désir de l’antagoniste d’embrasser le côté obscur à cause d’un traumatisme passé. Par exemple…

  • Peut-être qu’ils font ce qui leur semble juste parce qu’ils ont été asservis par un maître cruel dans leur enfance.
  • Ils enfreignent la loi parce que ceux qui la font sont corrompus et ont des droits.
  • Ils reviennent en arrière et effacent quelqu’un parce que cette personne a tué leur enfant chéri et à naître.

Ne pouvons-nous pas tous nous identifier un tant soit peu à ces sombres motivations ? Ne nous aident-elles pas à comprendre d’où vient le comportement du personnage ? Nous pouvons ne pas être moralement d’accord avec ce que fait l’antagoniste, mais nous ressentons une certaine connexion avec lui.

Et je suis convaincu que ce dernier point est la clé, car les antagonistes et les méchants ont un talon d’Achille : leur rôle. Dès qu’il est clair qu’ils sont désignés comme le méchant ou la méchante, les lecteurs les mettent dans une boîte. Il doit être un crétin, un mauvais perdant, un narcissique, quelqu’un qui ne pense qu’au pouvoir et au contrôle. Il doit être antipathique.

Et je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais lorsque l’antagoniste ou le méchant s’avère être exactement cela, je suis déçu. Pourquoi ? Parce qu’on s’y attend : le gentil affronte le méchant typique, le gentil gagne. C’est ennuyeux.

L’aspect relationnel permet d’aimer l’antagoniste, même s’il fait de mauvaises choses.

Donc, pour récapituler et vous offrir quelques idées supplémentaires :

Créez une histoire de fond qui soit aussi bien dessinée que celle du protagoniste. En tant qu’auteur, vous devez savoir pourquoi ils sont dérangés et prennent le chemin le plus sombre. Utilisez une tragédie passée pour aider les lecteurs à comprendre ce qui les a conduits à jouer ce rôle. Vous pouvez peut-être même le révéler d’une manière qui amène les lecteurs à se demander s’ils seraient différents s’ils avaient été à la place de l’antagoniste.

Donnez-leur une motivation crédible et compréhensible. Même si leur objectif est destructeur, ils doivent avoir une bonne raison de le vouloir. (Pour avoir des idées sur ce à quoi cela pourrait ressembler, consultez les motivations sombres dans cette base de données.)

Donnez-lui un talent, quelque chose d’utile ou d’intéressant. Tout comme le protagoniste, votre antagoniste est probablement doué d’une certaine manière. Quels talents ou compétences l’aideront à atteindre son objectif ? Et vous pouvez toujours en faire une dichotomie intéressante, comme un antagoniste ayant un talent de guérisseur qui soigne les animaux blessés, mais n’a pas la même empathie pour les humains.

Donnez-lui une qualité ou un trait de caractère indéniablement admirable. Il est facile de dépeindre un méchant comme étant entièrement mauvais, alors évitez le cliché et donnez-lui une croyance qu’il défend. Peut-être qu’il tient toutes ses promesses ou qu’il tient l’honnêteté en très haute estime et qu’il est toujours sincère, même si cela le fait mal paraître. Bien sûr, le côté sombre pourrait être qu’ils ne supportent pas les mensonges d’aucune sorte, et les punissent sévèrement.

Rendez-les humains. Il arrive que les auteurs se laissent emporter par le désir de puissance et de gloire et oublient que leur antagoniste est aussi sujet aux problèmes de “monsieur tout le monde” que n’importe qui d’autre. Est-ce que leur toit fuit, est-ce que des visiteurs se présentent à un moment inopportun, est-ce qu’ils tombent malades ?

Les antagonistes peuvent avoir un passe-temps ou un secret, se demander ce qu’ils doivent faire ou regretter des paroles prononcées à la hâte, comme nous tous. Ainsi, si vous mettez en lumière leur côté sombre et leurs émotions volatiles, n’oubliez pas de montrer qu’à certains égards, ils sont comme tout le monde.

 

Liens :

Le symbolisme des saisons dans la littérature

writers helping writer

Laissez un commentaire

EVÉNEMENTS