Les habitudes de travail des écrivains professionnels

Certains écrivains professionnels travaillent dès le matin, d’autres en fin de journée, d’autres encore ne commencent que vers minuit. Certains écrivent en état d’ébriété, d’autres non. D’autres écrivent sur un ordinateur, ou sur des blocs-notes, et de nos jours, certains écrivent sur des tablettes. Certains modifient leur texte au fur et à mesure, perfectionnant chaque phrase avant de passer à la suivante. Certains ont des horaires de bureau stricts, presque professionnels, d’autres écrivent de manière irrégulière, mais dans un élan de productivité.

D’autres écrivent un premier jet aussi vite qu’ils le peuvent, puis reviennent en arrière pour éditer et réviser. Certains établissent des plans détaillés, d’autres préparent des story-boards élaborés, d’autres encore travaillent à partir d’une liste de notes griffonnées, d’autres enfin laissent les personnages effectuer le travail. D’autres réfléchissent à l’intrigue avec un ami, un conjoint ou un éditeur de confiance. Certains travaillent avec un partenaire critique qui leur fait part de ses commentaires et de ses conseils en cours de route ; d’autres ne laissent personne voir leur travail tant qu’il n’est pas terminé. En fin de compte, il n’y a pas UNE seule façon de faire le travail.

Cependant, quels que soient le lieu, le moment et la manière dont ils écrivent, les écrivains professionnels procèdent de la manière suivante :

1.     Se laisser aller.

Débarrassez-vous de votre censeur intérieur, ce rabat-joie sévère et sans humour qui tue vos idées avant qu’elles ne naissent. Ce rabat-joie vous dit que votre idée est trop scandaleuse, trop incroyable, trop exagérée pour voir le jour ? Ne l’écoutez pas. N’abandonnez pas cette idée loufoque, mais laissez-la s’exprimer. Jouez avec elle et voyez où elle vous mène. L’indicible, l’incroyable ! sont précisément les idées qui mènent à une percée fraîche et originale. Ne tuez pas vos chéris, tuez plutôt vos inhibitions. Vous pourrez toujours les atténuer plus tard. Envisagez toutes les possibilités, même les plus exagérées. La raison permet de briser les conventions, les « il faut » et les « il ne faut pas » détruisent la créativité.

2.     Ils se révisent eux-mêmes.

Je sais que c’est une hérésie de la part d’un rédacteur, mais les écrivains professionnels sont souvent d’excellents réviseurs de leur propre travail. Après des années d’expérience, ils ont appris à reconnaître leurs forces et leurs faiblesses et à trouver des solutions efficaces.  Ils ont acquis la capacité de regarder leur propre travail de manière objective et leur approche est pratique : ce qui fonctionne reste, ce qui ne fonctionne pas passe à la trappe, c’est-à-dire au bouton « supprimer ». La capacité à s’auto-éditer vient avec le temps et l’expérience, mais c’est un objectif que les écrivains débutants doivent garder à l’esprit.

Envisagez votre livre du point de vue d’un mariage, et non d’une liaison amoureuse. Les conjoints apprennent à se connaître très bien, sont conscients de tous les avantages et inconvénients et continuent à s’aimer. Enlevez les lunettes roses de la romance passionnée, épousez votre livre et vivez heureux jusqu’à la fin de vos jours.

3.     Les illusions du seigneur de sac.

La plupart des auteurs professionnels ne s’encombrent pas l’esprit de notions indéfinies de « pertinence », de « signification » ou « d’art ». Au contraire, ce sont des conteurs et des artistes expérimentés, disciplinés et compétents qui comprennent l’importance de l’art.

Les grands livres sont faits de personnages, d’intrigues, de décors, et si « l’art » en est le résultat, tant mieux, mais, comme pour la construction d’une maison, ne vous fiez pas à la fantaisie d’une revue littéraire quand ce dont vous avez besoin, c’est d’un marteau et de quelques clous.

 

écrivains professionnels

 

4.     Connaître son genre.

Les auteurs professionnels, qu’il s’agisse d’horreur, de romance, de thriller ou de mystère, étudient leur genre. Ils savent ce que leurs lecteurs attendent et ne les déçoivent PAS. Un point c’est tout. Pas de fin malheureuse pour les romances. Les lecteurs veulent le HPT (heureux pour toujours) et c’est ce que le professionnel leur offre.

Pas de « révélation » finale indiquant que tout le livre, les personnages et leurs épreuves et tribulations étaient le rêve du maître de cérémonie. Nous parlons ici d’une fiction captivante, pas d’une histoire de chien hirsute. Pas de larmes dans un roman noir pour durs à cuire. Pas de confessions larmoyantes dans les thrillers d’action. La paranoïa fonctionne. La paranoïa est ce que veut le lecteur. Décevez-le à vos risques et périls. Ne pensez pas pouvoir réinventer la roue. Les professionnels le savent mieux que vous.

5.     Les auteurs professionnels se sauvent eux-mêmes.

Chacun livre est une plaie d’une manière différente. À un moment donné, chaque livre va poser un problème. Une intrigue qui ne mène nulle part. Un personnage ennuyeux/stupide/adapté. Trop ou pas assez d’informations ou de recherches. Trop long ou trop court. Tout ce que vous voudrez, un jour ou l’autre, au cours de l’écriture d’un livre, vous serez bloqué et vous ne saurez pas pourquoi.

Les auteurs professionnels ont appris à se tirer d’affaire. Qu’il s’agisse de revenir au début et de recommencer, d’une légère réécriture, d’une révision totale, d’une greffe de personnalité pour un personnage.

6.     Les auteurs professionnels écrivent beaucoup.

Les auteurs professionnels produisent des textes, ils respectent les délais, font leur travail et plus ils écrivent, plus ils s’améliorent. C’est la même chose pour n’importe quel travail, carrière ou profession. Voulez-vous un chirurgien qui sort tout juste de l’école de médecine ou un chirurgien qui a fait des centaines d’arthroplasties du genou et de la hanche ? Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Liens :

Pourquoi les prologues ont-ils mauvaise réputation ?

Tsitadel

Annerallen.com

 

Laissez un commentaire

EVÉNEMENTS